Exercice 3

Aller en bas

Exercice 3 Empty Exercice 3

Message par Julie Dubeal le Lun 4 Fév - 21:03

Bonjour à toutes et à tous,

Je suis dans "l'image de la mer". Je regarde les poissons vaquer à leurs occupations, ils sont super dynamiques, on dirait notre monde humain en mieux!
Quand ils accélèrent j'entends les petites bulles dans le mouvement de l'eau qu'ils produisent.
Je me sens bercée par le ressac de la mer, je suis en apesanteur je n'ai rien à faire pour rester entre deux eaux.
Je vois le gros rocher à ma droite. Quand je regarde sous mes pieds, je vois le sable qui danse au gré des vagues à la surface. en regardant vers le haut je vois les rayons du soleil percer l'eau par endroit, c'est beau, les poissons qui passent dans les rayons du soleil ont de très jolis et lumineux reflets, je suis émerveillée.
Je reste un long moment à profiter des mouvements du ressac, c'est apaisant, mais au bout d'un temps je souris car je commence à avoir le mal de mer!
Je sais qu'il y a une porte quelque part... j'essaye d'interpeler les poissons mais ils ne me prêtent aucune attention.
Je me dis que si je deviens plus petite je leur ferais moins peur. Je suis maintenant petite et je les interpellent à nouveau. Je demande "quelqu'un pourrait m'indiquer la porte que je dois ouvrir s'il vous plait?".
Je ne sais pas d'où ça vient mais j'entends "pas le temps", puis "oui dans le rocher"... Je remercie, et intérieurement je me dis que j'ai un peu peur d'ouvrir cette porte. Je ressens que je ne suis pas seule et j'entends qu'effectivement, je serais accompagnée pendant ce voyage, «qu'il faut que j'ai confiance que je me laisse aller».

J'ouvre la porte... il fait noir la-dedans, il n'y a personne... j'ai pas très envie d'avancer dans ce couloir, c'est rassurant de rester dans l'eau avec le soleil et les poissons. Je perçois au loin une silhouette humaine qui agite le bras comme pour me dire de venir... «heu... non merci j'ai pas très envie!». Mais j'entends à nouveau cette voix un peu impérative mais bienveillante qui me dit "allez, vas-y tu ne crains rien".
Je me mets à avancer, il n'y a aucun bruit, toujours personne, sauf cette silhouette au loin. Plus j'avance, plus les couleurs commencent à se former, je vois toutes les couleurs de l'arc en ciel qui bougent et se mélangent comme des aurores boréales, c'est tellement beau! Puis d'un coup, la lumière du jour, je suis dans un champs de fleurs, une belle prairie. La silhouette a disparue...
Je me rends compte que je suis toujours petite, d'ailleurs, je suis debout sur une fleur, je la regarde de plus prêt et je me sens joyeuse, c'est un coquelicot!!!! J'adore les coquelicots!
Il y a des milliers de fleurs partout, de toutes les couleurs et toutes les formes.
Maintenant je vois et j'entends les insectes s’affairer, je ressens la brise sur mon visage et la chaleur de ce beau soleil. A droite dans le fond il y a une belle montagne avec le sommet enneigé. A gauche au loin, un très bel arbre, je crois que c'est un vieux chêne!

J'aimerai bien y aller mais ça a l'air si loin! Je commence par bondir de fleur en fleur, c'est si facile! Ça m'amuse beaucoup, j’atterris sur une marguerite, elle sent bon, elle est tellement blanche! Je touche ses pétales c'est tout doux et duveteux.
Je regarde le grand chêne... c'est encore super loin! J'essaye d'attirer l'attention des insectes mais comme les poissons ils ont l'air très occupés. Je demande "quelqu'un pourrait m'emmener sur le grand chêne?", pas de réponse... j'aimerai bien que ce soit un bourdon ou un papillon qui m'y conduise! Mais, sortie de nul part, c'est une belle libellule toute verte qui se pose prêt de moi. Je lui demande si elle veut bien m'emmener là-bas, elle est d'accord. Je monte sur son dos et en avant pour le grand chêne! Elle prend de la vitesse, de la hauteur, je suis fascinée par cette prairie qui devient toute petite.
Nous passons au dessus d'une rivière que je n'avais pas remarqué, que c'est beau, l'eau qui courre sur les cailloux, le reflet du soleil on dirait comme des paillettes dans l'eau. Je crois même apercevoir des truites ou des saumons. Et ce bruit d'eau courante et sauvage que j'affectionne tout particulièrement, il me fait penser à mon père, quand il allait pêcher à la mouche et que je restais assez loin pour ne pas le déranger mais assez prêt pour voir ses lancés même si je ne comprenais pas du tout le but! Je trouvais ça beau mais «chiant» !
La libellule fait quelques tours pour trouver la meilleure piste d'atterrissage puis elle me dépose au pied de l'arbre. Je la remercie et je me demande comment je vais monter tout là-haut... Il est encore plus gigantesque vu du pied... Je prend un moment pour savourer cet instant, je sens l'odeur de la mousse, de l'humidité, j'entends le bruit de la brise dans le feuillage, on dirait une conversation, mais je n'en comprend pas le sens. Je n'ai pas le temps de demander de l'aide que j'entends le chant d'un petit oiseau, tout prêt.
Hooooo quel beau cadeau, mon coeur se rempli de joie c'est une belle mésange charbonnière!!! Elle est immense comparée à ma taille actuelle mais je n'ai pas peur. Je regarde son plumage avec toutes les nuances que je n'ai jamais pu voir en vrai, ces bleus du roi au pastel, ces jaunes si subtils, ce noir qui varie avec toutes les nuances de gris... C'est magique, je me sens honorée d'avoir la chance de la découvrir d'aussi prêt.
Elle me dit de me dépêcher car j'ai rendez-vous avec l’écureuil... Je suis surprise, tous ces êtres ont l'air de savoir exactement le but de ce voyage sauf moi. Je me demande comment je vais grimper sur son dos... elle déploie son aile comme une passerelle pour m'aider, ça me touche, je suis émue. Je monte, elle me dit de profiter du paysage. Elle me fait faire le tour du grand chêne plusieurs fois, qu'il est majestueux! Je suis un peu intimidée. Elle fini par me déposer sur une branche, je suis triste de la quitter déjà, alors je lui demande si elle veut bien que je touche son plumage. Elle m'y encourage, je touche délicatement ses plumes, elles sont douces, soyeuses, je fini par enfouir mes mains dans les plumes de son jabot, quelle épaisseur et c'est tellement doux! Je la remercie et je lui dit à bientôt. Elle s'en va, je sens l'air frais de ses ailes sur mon visage lorsqu'elle prend son envol.

Je me tourne et je suis face à un gros trou... très impressionnant. Ça me fait penser à un trou de hibou, mais je n'ai pas le temps d'en voir plus car c'est monsieur écureuil qui en sort. Il m'invite à y entrer.
Je suis impressionnée, monsieur écureuil est très imposant et le trou aussi. Les veinures du bois paraissent être dessinées intentionnellement, c'est comme s'il y avait un sens, un ordre, une logique. Pour la gamme des marrons aussi, j'ai l'impression de regarder un tableau de maitre.
Monsieur Écureuil m'invite à m'assoir. je lui obéi et Je lui fait remarquer qu'il a un très beau garde-manger, il me répond qu'ils s'y prennent tôt cette année car l'hiver sera rude et long. J'ai le ventre qui commence à gargouiller, il me propose un morceau de noisette! Hummm que c'est bon, croquant et moelleux en même temps, à peine sucré, j'ai l'impression de manger une noisette pour la toute première fois de ma vie.
Il me toise et me regarde dans les yeux, ça me mets un peu mal à l'aise, à cet instant j'aimerai être invisible.
Puis il me dit "il est temps maintenant... tu dois briller et faire briller. Tu dois prendre confiance en toi". Je suis émue et ça me rend triste, car je n'ai pas confiance en moi du moins pas suffisamment. Je me sens démunie, je n'ai toujours pas la solution pour avancer. il poursuit "n'ai pas peur d'être toi même, illumine, tu n'es pas seule". Je ne sais pas quoi dire, je ne comprends pas bien, les questions se bousculent, comment? Pourquoi moi? Je ne suis pas digne? Mais c'est comme si il était capable d'y répondre alors même que je suis en train de les formuler.
"Nous sommes là, tu n'es pas seule, nous t'aiderons", j'ai les larmes aux yeux car je suis très touchée et en même temps apeurée, je ne me sens pas capable, si insignifiante... comment briller dans ces conditions, comment savoir où je dois aller... je tourne ma tête vers la sortie du trou et là je vois plein d'animaux, je reconnais la mésange, je pense voir un blaireau, un ragondin, des écureuils, d'autres oiseaux, des mulots, etc.
Cela me réchauffe le coeur et je les remercie mais j'ai cette inquiétude de ne pas être à la hauteur que la tâche est bien grande pour moi... Mais l’écureuil reprend et me dis "tu as un dernier rendez-vous sur la montagne". Là je me demande bien comment je vais pouvoir y accéder!!! Et en même temps j'ai encore plus peur de ce qui m'y attend. Je le remercie et je lui demande avant de sortir de sa maison comment il s'appelle, il me répond Lobi.

Je me retrouve sur la branche et je demande comment je peux me rendre sur la montagne (je suis un peu découragée). Il y fait surement froid, c'est tellement haut.
Et j'entends "moi je t'y emmène", je suis chamboulée et émerveillée c'est le corbeau, je veux dire c'est mon ami corbeau!!! Celui qui habite avec ses copains dans l'arbre en face de chez moi, celui à qui je dis bonjour tous les matins, celui qui vient souvent dans mon jardin pour garder un oeil sur moi j'imagine. Il est reconnaissable entre 1000 car il a plein de plumes devenues blanches en dessous, j'ai une affection bien particulière pour ce coco là!

Je monte sur son dos et j'en profite pour l'examiner de prêt! Qu'il est majestueux, que ses plumes sont grandes et belles et ce noir-bleuté si fascinant. J’enfouis ma tête dans son cou en le serrant fort, il sent bon la terre, la poussière, le pin. Nous décollons, c'est puissant. Je voudrais que ce moment ne s'arrête jamais. Je ne fais même plus attention au paysage, je vibre ce moment intense de toutes mes cellules.
Je fini par lever la tête et c'est pour découvrir que nous sommes en train d'arriver. Il fait froid mais le soleil est toujours là, nous sommes quasiment au sommet de la montagne. Au loin j'ai l'impression d'apercevoir la prairie, enfin... d'ici c'est une toute petite tache verte.
Je regarde la montagne, cet endroit ne me parait pas très gai, même un peu lugubre. J'ai l'impression qu'il n'y a personne, je n'entends pas de bruit hormis le souffle de la brise et le battement des ailes de mon ami. Nous nous posons et il me dit qu'il faut qu'il parte vite... Je suis triste de le quitter déjà mais j'ai l'impression que nous nous reverrons... alors en le remerciant et en le serrant fort dans mes bras, je lui demande "quel est ton nom?" Il me répond je suis Tout. Puis il s'en va.

Je réalise que je suis toute seule, dans un nid vide. C'est un très grand nid, il y a plein de branches entremêlées, des herbes, de la mousses. Je n'arrive pas à percevoir d'odeur particulière, mon nez ne sent que le froid de la neige. Il y a aussi des plumes blanches, marrons, grises et des os... Je ne suis pas très rassurée et qu'est-ce que j'ai froid!!!!
Je rassemble plein de plumes pour me faire une grosse couette, ça va mieux, c'est très confortable, tout doux et je me sens bien réchauffée. Puis j'entends un très fort battement d'ailes... je sens bien que ça n'est pas un petit oiseau. Je n'ai plus très peur mais je suis vraiment intimidée. Le souffle devient très fort, mes précieuses plumes s'envolent dans tous les sens, j'ai l'impression d'être toute nue!
Là je découvre ce grand rapace, ce grand aigle posé au bord de son nid, il me regarde, je me sens minuscule et je commence à rire (enfin je ris dans ma barbe car je ne voudrais pas lui manquer de respect ou le vexer) mais je ris car j'ai l'impression d'être Yakari avec grand aigle! Ce petit indien qui parle aux animaux, qui vit des aventures extraordinaires avec eux et dont j'adorais lire les BD quand j'étais enfant.
Je reprends mon sérieux et j'ose lever les yeux vers cet être imposant. Il me dis qu'il est temps, "temps de prendre de la hauteur, de voir autrement, d'accepter d'être la lumière". Il est temps que "je vois le monde sous un autre angle, que j'accepte d'être qui je suis sans peur".
Je ne comprends pas bien ce qu'il essaye de me dire mais je n'ose pas l'interrompre et je n'ose pas non plus lui demander des explications. Il me fait un peu peur quand même... il paraît si sage...
Il me dit que nous nous reverrons. Puis il me montre une porte.
Avant de le quitter je lui demande si je peux toucher ses serres et ses plumes, il est d'accord. Qu'est ce que c'est pointu et fort! Et la peau orange de ses pattes si vive! C'est rugueux, je ressens le nombre des années en touchant cette peau, on dirait des rides, je me sens si petite, il dégage une force et une sagesse comme s'il vivait depuis des siècles. Je le remercie et avant de partir je lui demande comment il s’appelle, il me répond Wizz.
Je me dirige vers la porte et me rends compte qu'il y a un précipice entre la porte et moi... je réfléchis mais je n'ai pas peur. Je me dis que je dois faire confiance à ce voyage, au pire je risque de tomber alors j'avance sur ce qui parait être vide et je souris car je marche sur un pont transparent, je suis heureuse j'avais raison d'avoir confiance!
J'ouvre la porte et là je tombe, je dégringole sans peur dans le noir et je me retrouve sur la banquette d'un musée je crois. Le temps de reprendre mes esprits, je comprends que je suis devant un tableau, c'est un paysage. Je réalise que ce paysage c'est celui dans lequel j'ai voyagé... Je vois la prairie, à droite dans le fond la belle montagne et à gauche au loin ce majestueux chêne... C'est un très beau tableau... C'était un très beau voyage... mais je suis un peu décontenancé.

Merci pour cette précieuse expérience Karine.
Je vous souhaite à toutes et à tous une très belle soirée.
Julie Dubeal
Julie Dubeal

Messages : 21
Date d'inscription : 17/01/2019

Revenir en haut Aller en bas

Exercice 3 Empty Re: Exercice 3

Message par Admin le Lun 4 Fév - 22:24

Merci Julie pour la description de ton voyage imaginaire très beau dans toutes ses descriptions et sens. Cependant, l'énoncé de l'exercice indiquait que tu devais te trouver soit dans les fonds marins ou dans l'air, du coup, je n'ai pas tout à fait compris le sens de ton voyage même s'il est, je le répète, très beau à découvrir Smile
Admin
Admin
Admin

Messages : 858
Date d'inscription : 15/01/2017
Age : 46

http://com-animale.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Exercice 3 Empty Re: Exercice 3

Message par Julie Dubeal le Mer 6 Fév - 9:39

Bonjour Karine,

Effectivement j'avais compris que l'image proposée n'était que le point de départ et que nous pouvions du coup en sortir et laisser aller... oups!
Merci pour ton retour,
Très belle journée à toi Very Happy
Julie Dubeal
Julie Dubeal

Messages : 21
Date d'inscription : 17/01/2019

Revenir en haut Aller en bas

Exercice 3 Empty Re: Exercice 3

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum