Résultat exercice leçon 2 "souvenir d'école"

Aller en bas

Résultat exercice leçon 2 "souvenir d'école" Empty Résultat exercice leçon 2 "souvenir d'école"

Message par Mélissa le Lun 28 Jan - 21:42

Exercice « souvenir d’école »
« J’entends et je vois l’eau couler d’un robinet comme une cascade devant moi, cette cascade qui aujourd’hui me nettoie rien qu’en suivant des yeux sa chute, rien qu’en entendant son grondement puissant… Un bidet blanc, c’est glauque… Je m’entends hurler et je ressens derrière chaque fréquence de mes cris, l’immensité de la terreur qui m’envahissait alors… Je suis en gardienne, maman ne me comprenait pas… On a éteint le « pourquoi ? » chez moi aussi… Juste cette sensation de terreur dans un premier temps… On me dirige la tête sous l’eau…
En même temps que ce souvenir 2 autres sont apparus brièvement, mais je me suis laissée plonger pleinement dans celui-ci avant d’aborder les autres.
Dans mon enfance, les souvenirs sont assez rares et brefs, écourtés, comme non autorisés… Cet exercice permet de s’autoriser…
La terreur aussi en entrant en primaire… Je me sens plus jeune, j’étais peut-être en gardienne mais après un changement d’école ou je me sentais trop fragile et si petite pour entrer dans cette « cours des grands »… Pas assez préparée, protégée, …
Cette phrase hurlée à l’époque qui est revenue directement en tête : « J’veux pas qu’tu meurs, j’veux pas qu’tu meurs maman ! ». A me casser la voix, je sens encore le raclement créé par la puissance du cri du désespoir dans ma gorge… J’y ai mis toute mon énergie… Et voir maman s’éloigner et comme disparaitre à chaque pas de recul… Comme si on allait me l’enlever… Un ressenti comme si on serrait et verrouillait mes poignets avec du fer… Un poids de plomb au bras, des tremblements comme des pétillements dans le corps, et cette pression au sternum… Je suis retenue à cet instant et à cet endroit dans la cours, comme emprisonnée par quelqu’un d’invisible qui m’empêche d’aller avec ma maman… Et mon regard qui se tourne alors vers ce couloir glauque et froid, tel un couloir de la mort… Où les lumières ne suffisent pas pour mettre un peu de vie… Un carrelage « yin/yang » qui n’a rien d’équilibrant, plutôt comme un damier trompe l’œil, un labyrinthe où je ne vois pas de chemin, où je sens perdue comme dans l’immensité de l’inconnu, sans repères rassurants… Je ne me souviens plus de l’après… Suis-je morte ce jour-là avant d’entrer en classe ? Je suis morte plusieurs fois je crois dans ces vécus existentiels de coupures, d’incompréhension… On ne m’avait pas préparée… On m’a jetée au cachot, pieds et poignets liés…
Je revis la terreur qui laisse place à la tristesse qui me fait sentir des larmes qui montent et se déposent sur le bord de mes paupières inférieures.
Entre ces 2 souvenirs, un autre est venu mettre une lueur d’espoir, ce rebondissement dans la lumière de la vie qui me caractérise bien. C’était un moment de joie. Je sens un sourire intérieur dans le cœur s’extérioriser peu à peu en faisant tendre mon muscle zygomatique. Je me cachais sous la table pour manger des emballages de Fruitelas avec le Fruitela ;-) J’étais en maternelle. Derrière ce papier que je mâche en faisant la grimace et en finissant par éclater de rire, Hummm ce liquide acidulé qui pétille encore contre mon palais, cette douceur onctueuse qui badigeonne ma langue « géographique » (plein de trous qui permettent de ressentir les goûts en puissance 10… Donc, éviter absolument les piments, lol ;-p). Je ressens encore les rires de mes petits camarades faire bondir mon cœur de bonheur et décupler notre joie mutuelle à partir d’un simple fait marrant. J’aimais déjà faire le clown. Avoir ce regard de vie de la part des autres sur moi, me sentir comme une petite étoile qui regagnait en brillance existentielle et qui rayonnait cette joie de vivre pour la partager, comme pour remercier par la même occasion mes éclaireurs ;-) Un échange relationnel qui fait du bien au corps et à l’âme, mais surtout qui est amplifié par ce partage mutuel.
Dans les souvenirs de terreur, c’est un cri du cœur que je ressens. J’ai du crier pour être entendue déjà toute petite. Mes cris ont été étouffés par plus d’incompréhension encore, noyés même sous l’élément eau. Cet élément hypnotique et thérapeutique que j’ai aimé pourtant plus tard en nageant et en faisant de l’apnée, cet élément qui est devenu mon ami, mon refuge, mon bien-être. Plutôt que d’être traumatisée, j’ai plongé dès mes 4 ans, je suis allée sauter dans les 4m de moi-même et me débrouiller en nageant comme un petit chien, en déliant ces poignets et ces chevilles, en me les réappropriant. Voulais-je me réapproprier cette expérience avec cet élément eau par rapport à ce qu’on m’avait imposé pour me faire taire ? Voulais-je déjà intuitivement me prouver et prouver aux autres que cet élément n’était pas tout noir et mauvais comme la punition qu’on avait voulu m’affliger ?
J’ai toujours réussi à voir l’apprentissage et le positif derrière ce qui pouvait être une expérience douloureuse. Et c’est devenu une richesse. Il y a des nuances en tout.
Dans mon cœur, j’ai pu ressentir cette terreur de séparation, ce ressenti comme si on perdait pieds, comme si la vie s’évanouissait dans le corps, comme si on mourrait… J’ai pu ressentir aussi cette tristesse de ne pas avoir été comprise et accueillie dans ces émotions… Cette colère aussi qu’une maman choisisse de punir, de taire une émotion chez sa fille pour ne pas vivre la pénibilité de la sienne en écho, pour s’autoriser à partir en se protégeant ; éducation à la dure… Et apprendre à se débrouiller, comprendre et surmonter seule… Parce que c’est ainsi qu’elle a aussi appris… Mais j’éprouve aussi cette compréhension que chacun fait avec ses moyens et son vécu, cette gratitude envers la vie pour chaque apprentissage. Mais tout de même cette tristesse pour ces incompréhensions, de ne pas avoir été entendue, de poursuivre ma jeunesse comme un fantôme, avoir une voix qui s’est éteinte car ces répercussions criantes n’ont pas résonnés dans son cœur, et d’avoir revécu par moment ces scénarios à l’adolescence et à l’âge adulte. Mais heureuse de remarquer que cette voix aujourd’hui emplie de profondeur et de calme lorsque je donne des méditations touche au plus profond des personnes, sensation de bonheur depuis quand des personnes qui n’osaient parler se sentent à l’aise de se livrer avec moi (le non-verbal laissant sans doute transparaitre mon vécu qui fait écho dans l’inconscient de ces personnes, elles peuvent s’y retrouver, obtenir cette reconnaissance et être enfin écoutées, entendues, comprises), de la joie et du soulagement d’être moi aussi entendue, comprise et reconnue quand je me laisse aller dans des discussions qui me passionnent et font taire cette peur mémorisée dans le corps et le mental.
Cette voix marquée mais enrichie qui fait partie de ma voie existentielle, de mon épanouissement personnel… Rien n’arrive pour rien… Les blessures d’hier sont nos particularités, nos atouts et nos forces personnelles actuels.
Une sensation de grandeur et de force dans le cœur par l’acceptation et le travail de dépassement de soi, toujours avec l’Amour et la sagesse comme meilleurs et puissants moteurs.
Voilà j’ai laissé parler mon cœur…
D’autres souvenirs en primaire et secondaire sont là prêts à se livrer, mais le but ici n’est pas de faire un roman ;-p Et puis, cela se rapporterait au même schéma relationnel, avoir été une étrangère, incomprise, marginale et puis avoir été adorée pour tout cela… Et parfois même trop et/ou de manière malsaine… Notamment, par un professeur en secondaire qui m’avait avoué ses sentiments… Son odeur de parfum m’écoeure encore rien que d’y repenser ! Je l’évitais, il me dégoûtait. J’évitais son bonjour qui me donnait envie de vomir, comme si sa seule présence même à distance de moi me frôlait déjà la peau et me donnait la sensation d’un voile sale sur le corps…
Désolée pour la longueur mais quand je laisse mon âme parler, je peux coucher des mots et des sensations à grands flots…
Je vous laisse ce dernier message qui me vient : « Ouvrez votre cœur, porte de votre âme et tout sera passionnel, enrichissant, renforçant ».



Mélissa

Messages : 54
Date d'inscription : 16/01/2019

Revenir en haut Aller en bas

Résultat exercice leçon 2 "souvenir d'école" Empty Re: Résultat exercice leçon 2 "souvenir d'école"

Message par Admin le Dim 3 Fév - 17:43

Je te remercie Mélissa pour avoir accepté d'ouvrir les portes de ton coeur avec le récit de tes souvenirs. Même si ce n'était pas exactement comme ça que l'exercice devait se faire, je comprends que tu as besoin encore d'évacuer des émotions et que ce fut important pour toi de le faire. Merci de t'être livré à nous ainsi I love you
Admin
Admin
Admin

Messages : 840
Date d'inscription : 15/01/2017
Age : 46

http://www.ecole-ca-karinegiraudier.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum