exercice no3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

exercice no3

Message par coucla le Sam 11 Fév - 23:54

J'ai choisi la photo des fonds marins

Ma journée de travail est terminée avec son lot de difficultés ...Je suis épuisée , mes yeux picotent, j'ai besoin de me reposer mais aussi de respirer au grand air, ras le bol, aujourd'hui des odeurs d'antiseptiques mélangées à celles de chairs calcinées!...Je filme dans mon havre de paix. C'est une petite plage sauvage pas très loin de l'hôpital mais à l'abri des touristes. La Polynésie , endroit paradisiaque me diriez vous, certes mais difficile de se retrouver seule et là j'ai vraiment besoin de m'isoler...Je me dirige vers "ma" crique, je n'ai pas envie de prendre mon masque et mes palmes , pas envie d'explorer les fonds marins à la recherche de porcelaines aujourd'hui. C'est pourtant si excitant d'en débusquer une habituellement!...Je suis triste, vidée, découragée, je désire juste profiter du paysage, ne rien faire qu'observer et me ressourcer...
Il est environ 16h, le soleil est encore brûlant mais il va très vite laisser place à la nuit...
Sandales à la main, je foule le sable chaud, il est si doux , si fin , véritable caresse sous mes pieds fatigués.
Je décide de m'allonger directement et d'écouter le bruit des vagues au loin qui se fracassent sur la barrière de corail. Je respire à plein poumons et me sens déjà beaucoup mieux, détendue plus légère... Une petite brise effleure ma peau et rend le soleil plus doux, l'eau qui s'échoue sur le sable se fait discrète ,véritable contraste avec celle des vagues au loin sur la barrière. On dirait que les éléments de la nature s'allient pour me permettre de me reposer, je sens mes lèvres dessiner un sourire sur mon visage... Je me sens bien , la fatigue s'évapore laissant place à un état de relaxation bienfaisante. Mes pieds retrouvent leur légèreté et mes orteils s'amusent à retenir le sable qui se faufile en me chatouillant....Je savoure cet instant de calme, pour une fois que je ne suis pas dérangée par les gamins qui imitent Ronaldo!
Tiens , étrange ce bruit, comme un cliquetis suivis de sifflements...on dirait...mais oui!...C'est bien ça!!! Des dauphins!! Je me redresse et regarde en direction du lagon. Il y en a 2, énormes , magnifiques avec leur belle robe grise et luisante, leur ventre d'un blanc laiteux me fait penser à un coussin moelleux. Ils sont en train de jouer ...Mais que font ils si près du bord? Ils tournent , virevoltent tout en m'observant. Je n'ose bouger de peur de les faire fuir mais très vite , je sens qu'ils cherchent à attirer mon attention... Je me lève alors doucement et leurs jacasseries redoublent de plus belle mais ils ne sauvent pas. Au contraire ils me fixent d'un œil bienveillant et semblent même me sourire. Cela me comble de joie et décide alors de les rejoindre doucement....
Je suis partagée entre l'euphorie de me baigner avec eux et la peur de les faire fuir. Ils semblent comprendre mon hésitation et se calment un peu. Je m'avance prudemment, le souffle court, le cœur battant fort,....Ils sont si proches de moi que je ne ressens même pas la fraîcheur de l'eau. Ils s'enroulent autour de moi puis stationnent immobiles, un de chaque côté. Je tends une main hésitante vers eux et les caressent doucement, je respire à peine...Que leur peau est douce, lisse, c'est magique.  Je décide de m'allonger entre les 2 en me tenant à leur aileron dorsal, c'est bon , j'y suis et je ne crains plus qu'ils s'enfuient, je suis confiante si bien que je leur murmure: "c'est bon les gars , je suis prète, vous pouvez m' emmener faire un tour si vous voulez!"...et là tout va très vite démarrage fulgurant, ils m'entrainent vers la barrière, je suis folle de joie mais aussi très inquiète...Ils m'entrainent vers la passe, je ne vois plus rien ,aveuglée par le sillon d'écume, les éclaboussures me fouettent le visage, j'ai peur, mon cœur va sortir de ma poitrine, ils vont me noyer s'ils plongent derrière la barrière. Je ne peux lâcher leur aileron , trop tard je suis aspirée par le fond, bousculée dans un tourbillon de bulles ...Puis c'est le calme, je me retrouve face à un énorme massif corallien où gravitent des centaines de petits poissons de toutes les couleurs. Je n'ai pas de masque mais je les vois parfaitement comme au travers d'un aquarium. C'est magnifique, ils semblent danser devant mes yeux. Une sensation de calme et de sérénité contemplative m'envahit. Mes 2 compagnons contournent le massif imposant tout en paraissant de savoir parfaitement où ils vont.
Je ne manque même pas d'air. Génial, en plus , je suis entrain de battre le record de Jacques Mayol!!
Subitement , nous nous engageons dans une brèche étroite du massif, je me sens oppressée , c'est trop étroit mais nous passons tout de même. Nous nous engageons dans un long couloir sombre. Malgré l'obscurité , je reste calme, je me sens même rassurée voire amusée et curieuse de la destination finale. Mais où m'emmènent ils donc?...Nous parvenons subitement dans un autre couloir parsemé de petites lumières oranges très douces où s'intercalent d'autres plus grosses et scintillantes . Cela me procure beaucoup de bien-être et me fait penser à une piste d'atterrissage. Mes 2 amis ralentissent ce qui me permet de distinguer plus clairement ce fameux éclairage et là , j'ouvre la bouche mais aucun son ne sort... Je suis sidérée...Les lumières oranges sont des porcelaines cyprae aurentium, celles que je recherche activement lors de mes sorties de plongée . Elles sont plutôt rares et là il y en a des centaines!! Quant aux autres lumières, ce sont des "7doigts" lambis très prisés pour leur chair... Je suis replongée quelques jours en arrière , je me souviens en avoir pêché un. Je suis de nouveau submergée par ce sentiment de culpabilité que j'avais refoulé. Ce coquillage était trop tentant, je ne l'ai pas laissé dans son milieu naturel mais je l'ai ramassé mais je l'ai bien évidemment fait mourir par convoitise. Je ne peux me retenir et suis brutalement secouée par de gros sanglots.... Je me sens ignoble et coupable. J'ai envie de me cacher, j'entends alors une voix douce qui me calme un  peu:" Ne pleure pas et regarde , tu es arrivée!..."
Face à moi se trouve une femme très belle , vétue  d'une longue robe blanche vaporeuse...Une grande douceur émane de cette femme avec une aura extraordinaire .."Bienvenue sur notre ile de paix !" me dit- elle en souriant.
Je n'en crois pas mes yeux encore noyés d'eau et de larmes , je me sens totalement déstabilisée... L'endroit est magique et il y règne une atmosphère de grande bienveillance mais je suis perdue. ...Je parviens à articuler la voix tremblante: " Où suis je donc?
-dans un lieu inconnu des humains du monde d'où tu viens et j'en  suis la gardienne me répondit -elle Je me nomme Ivana
-ètes vous la reine de ce domaine?
-Non , la gardienne simplement je veille à la sérénité de cet endroit et du bonheur des ses occupants. Nous vivons ici en paix et heureux. Pas de course au pouvoir , ni après l'argent, d'ailleurs , nous n'en n'avons pas ici. Nous ne produisons que pour nous nourrir et fonctionnons par échanges de biens et de services... Viens , je vais te faire visiter...
Et me voici guidée , curieuse et impatiente de découvrir ce lieu . Je suis émerveillée et me sens incroyablement bien comme enveloppée d'une bulle protectrice. Cet endroit est fabuleux où chaque chose , chaque être est respecté et se respecte. Les animaux, les hommes, les pierres,...chaque entité est importante et unique
Je comprends alors avec émoi, sous le regard amusé d'Ivana, de la parfaite cohérence de la vie dans cet endroit où chacun vit en parfaite symbiose
Je me sens si bien, un profond sentiment d'humilité m'envahit...
Je m'enivre de parfums et couleurs multiples. Mes narines sont caressées par la douce odeur de mangue fraîche mélée à celle du tiaré. Tiens, cela me rappelle un peu le chèvrefeuille qu'il y avait chez mes grands parents....mon grand père me manque subitement...Le vent s'est levé , je frissonne , j'ai un peu froid à présent. Je réalise qu'il doit se faire tard, j'ai envie de rentrer. La eau me tiraille et je prends conscience que je suis entièrement sèche...
"Tu ne peux plus repartir, me dit calmement Ivana, cet endroit serait détruit par la convoitise des hommes du monde d'où tu viens.
Je sens la peur grandir dans mon ventre , j'avale ma salive mais j'ai la gorge sèche, mon cœur s'accélère , je respire difficilement, je suis maintenant prise de panique et regarde affolée autour de moi dans l'espoir de retrouver mes 2 compagnons de voyage. Je les vois face à l'entrée du couloir précédemment emprunté mais je ne les reconnais pas. Dressés sur leur nageoire caudale, ils se sont transformés en geôliers.
Les "7 doigts" font également barrage , griffes en avant, leur douce nacre rosée devient blafarde et glaciale!
Je veux rentrer, je suis terrorisée à l'idée de ne plus revoir mon fils qui est seul de l'autre côté . Il a besoin de moi...
Sans refléchir , je fonce la tête la première et percute violemment le ventre d'un des 2 dauphins, le coussin moelleux a fait place à un mur blanc de béton, le choc me fait perdre connaissance...
"Ivana!! Excuse toi auprès de la dame! lance avec colère une femme
-Pardon Madame," me bafouille une petite fille rouge de honte en ramassant son ballon de foot
Je réalise que je suis sur "ma" petite plage isolée où je me suis endormie
J'ai froid , la nuit commence à s'installer, j'ai mal à la tête , le choc du ballon , l'odeur entêtante du tiaré?...
Je frotte mes joues, elles me tiraillent , les larmes séchées, les éclaboussures des vagues...Je regarde songeusement les flots...

coucla

Messages : 42
Date d'inscription : 20/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum